La Société Internationale d’Oncologie Pédiatrique (SIOP) se réunit en congrès annuellement et alternativement en Amérique du nord, en Europe et en Asie. En 2009 les oncologues Lyonnais ont posé leur première candidature pour que Lyon accueille ce congrès dès 2012. Perdue en première intention contre Londres, une seconde candidature est posée en 2016 pour accueillir ce congrès international en octobre 2019 à Lyon. Grâce à l’implication et à la mobilisation du comité local emmenée par le Dr Christophe Bergeron, oncologue pédiatre au Centre de Lutte contre le Cancer Léon Bérard, le congrès a été gagné à Lyon. 

Date de publication : 23/03/2021

Interview du Dr Christophe BERGERON, Chairman du congrès SIOP 2019 à Lyon qui revient sur son expérience dans l’organisation de ce congrès qui a rassemblé 2 700 personnes. 

Quels éléments ont été décisifs dans le choix de Lyon ?  

Puisque j’ai participé au choix de la ville européenne pour 2023, je peux apporter quelques informations sur la manière dont sont choisies les villes hôtes pour ce congrès. Le PCO (Professional Congress Organizer) mandaté par l'association fait une analyse extensive sur les destinations mais 4 points sont essentiels : 

  •  L’accessibilité de la ville, 
  •  la convivialité et les espaces du centre de congrès,
  • la capacité hôtelière de la ville avec la proximité des hôtels par rapport au centre de congrès,  
  • le budget.  

Le "Board de la SIOP" vote pour la destination qui a le meilleur compromis. Pour 2019, Lyon était le meilleur compromis en comparaison avec les autres villes européennes qui avaient répondu à l’appel d’offre. Le centre de congrès de Lyon est considéré par les agences comme "à proximité du centre-ville", ce qui est un atout majeur pour proposer une large gamme hôtelière. Chaque ville gagne sur ses propres atouts, qui se compensent les uns les autres.  

 Quels atouts de Lyon vous ont permis de remporter la candidature ?  

Tout d’abord le Centre de Congrès à la Cité Internationale est parfait pour 3000 participants en ce qu’il propose de nombreux espaces et une grande convivialité avec ses forums. Nous n’avons eu que des bons retours de nos collègues.
Pour l’hôtellerie, l’accueil lyonnais est au rendez-vous.
Enfin il ne faut pas oublier que les gens viennent à Lyon aussi pour la gastronomie. Le budget entre en ligne de compte, mais la Métropole sait répondre favorablement pour nous aider. Paris qui avait fait une proposition pour accueillir le congrès SIOP en 2016 s’est fait battre par Dublin. Je n’en connais pas la ou les raisons. 

Comment s’est déroulé le congrès ? Que retirez-vous cette expérience (création de réseaux, visibilité, etc.) ?  

Lors de ma première visite au Centre des Congrès, qui n’était pas en activité, j’avais un doute notamment sur les circulations :  « comment les gens vont se retrouver dans cette immense structure » ?  

Durant le congrès, j'ai été très agréablement surpris de la convivialité des espaces et les indications à l’intérieur faites par le PCO ont été utiles. Nous avons eu de très bons retours de la part des participants comme des exposants. Par ailleurs, sur le plan de la localisation, tout le monde a été enchanté. Dans la ville avec cette rue couverte devant le centre des congrès et ses restaurants, ce qui n’était pas le cas à Kyoto par exemple. A la Cité Internationale, tout était optimal.   

Avec 2700 participants, ce qui correspondait à la plus importante fréquentation de l’histoire de la SIOP, Lyon a mis la barre très haut pour les congrès suivants !   

Sur le programme scientifique proposé et préparé par le Conseil scientifique (CS) de la SIOP, les remarques que nous avons eues étaient positives : programme de qualité avec une seule interrogation récurrente : "comment puis-je participer à deux sessions qui m’intéressent et qui ont lieu en même temps ?" C’est classique dans les bons congrès et cela montre bien la qualité du contenu proposé. Par ailleurs, nous avons aussi battu le record de "papiers soumis" au CS.
Tous les collègues français ont été enchantés. Les retours des collègues internationaux ont été très positifs

J’avais décidé d’offrir un livre du "Petit Prince" en anglais à 1000 personnes ayant répondu à un questionnaire au stand de la SIOP. Les 1000 livres sont partis. Je suis certain que la Métropole devrait miser sur cet atout, Antoine de Saint-Exupéry et le Petit Prince, en proposant par exemple un parcours lyonnais illustré par les plus belles phrases du livre.   

La gastronomie a été particulièrement appréciée, que ce soit au centre de congrès, ou à l’extérieur dans les restaurants de la ville. Mais cela n’est pas une surprise à Lyon. Un seul établissement bien connu des Lyonnais ne s’est pas montré à la hauteur de nos attentes. Nous avons été généreux sur le "cheese and wine party" qui a suivi la cérémonie d'ouverture du premier soir. Cette "party" conviviale est nécessaire pour lier ensemble les congressistes. 

Le "networking event" que certains appellent dîner de gala a eu lieu au Centre de Congrès, afin d’éviter d’organiser le transport en bus et permettre aussi aux participants de repartir quand ils le souhaitent. Les Toques Blanches lyonnaises nous ont accompagnés pour cet événement. La gastronomie, il faut la mettre "à toutes les sauces" à Lyon, si je puis dire.  Nous avons répondu aux attentes telles que : « qu’allons-nous manger à Lyon, Christophe ? »  

  J’ai accueilli le "President Dinner" sur l’Hermès 2. Nous étions 80 convives et c’était parfait.   

Enfin, la proximité du parc de la Tête d’Or nous a permis d’organiser une course le matin tôt avant le congrès. Les 80 participants étaient ravis de profiter du parc.    

La visibilité : pour la SFCE (Société Française du Cancer de l'Enfant) a été un succès aussi car il y a eu 404 participants français, premier pays représenté devant les 380 Américains. La France affiche d’habitude 70 participants aux congrès de la SIOP. 108 pays y sont représentés.  

Je suis convaincu que la notoriété a été renforcée pour la destination et que des participants reviendront à Lyon.

Pour conclure, je dirais que quelle que soit la jauge des congrès à organiser à Lyon, il y a des infrastructures adaptées à toute typologie et taille d’événements. L’équipe du Bureau des Congrès se montre disponible et à l’écoute des besoins des organisateurs pour les conseiller et les accompagner

« Après Washington DC en 2017, Kyoto en 2018, Lyon devenait la capitale de la cancérologie pédiatrique pour 4 jours en 2019, 50 ans après sa création à Madrid par une Française, le Dr Odile Schweisguth.   

Le Bureau des Congrès a accompagné le relais local et les membres du Comité local d’organisation, en réalisant le dossier de candidature puis en organisant une visite d’inspection. La mise en lumière du pôle scientifique et médical de haut niveau et des autres atouts de la destination, tels que l’accessibilité, la convivialité du centre de congrès de Lyon, les hébergements ou la gastronomie lors de cette candidature, ont constitué un avantage majeur dans la prise de décision.  

Soutenu par la Métropole, ce dossier a bénéficié d’une réduction de 40% sur une journée de location d’espaces au Centre de Congrès.  

Le congrès s’est déroulé du 23 au 26 octobre 2019 à la Cité Centre de Congrès et a rassemblé 2700 congressistes, ce qui représente 1000 personnes de plus qu’à Washington DC, et 200 de plus qu’à Kyoto. Il s’agit du plus gros congrès de la SIOP depuis sa création. En 2020, le congrès de la SIOP s’est déroulé à Ottawa (Canada).

En savoir plus sur le congrès de la SIOP  

Attention, notre site est optimisé pour les navigateurs récents.
Pour un affichage optimal des différents contenus, nous vous recommandons de mettre à jour votre navigateur.